Newsletter :



Résultats 1 - 8 sur 8

LA CHARTEUSE DE PARME, STENDHAL - Michel CROUZET
LA CHARTEUSE DE PARME, STENDHAL - Michel CROUZET

Fasciné par Napoléon qu'il rêve de rejoindre, Fabrice del Dongo arrive à Waterloo quand commence la bataille. Abandonnant la carrière des armes à laquelle il aspirait, il consent à devenir prélat. Une comédie humaine dont le héros trouve son paradis en prison. Edition enrichie des ajouts et retraits collectés sur les exemplaires annotés par Stendhal.

La différence stendhalienne n’a cessé de déconcerter ses éditeurs. Stendhal brouille la frontière entre livre et manuscrit : il complète, corrige, réécrit la première édition de La Chartreuse de Parme et nous lègue un texte pluriel,
en devenir – impubliable ?
Cette édition relève le défi. Établie à partir du texte de 1839, enrichie des notes, ajouts et retraits collectés sur tous les exemplaires annotés par Stendhal, elle se rapproche de cette Chartreuse de 1860 en trois volumes à laquelle il
songeait. Nous avons conservé les fantaisies orthographiques de son italien, les étrangetés de sa phrase organisée à partir d’une ponctuation audacieuse et inimitable, la coulée de son paragraphe et de sa page.
Roman miraculeux, roman exemplaire, La Chartreuse éclate d’un vouloir-vivre joyeux et tragique. Dans l’Italie du XIXe siècle, la réalité s’élève d’elle-même au fabuleux, à l’aventure ; l’histoire confine au romanesque, à l’opéra bouffe, à la comédie de cour. Stendhal nous parle d’héroïsme, à travers les figures du sublime passionnel que sont la vengeance, l’inceste, le tyrannicide, et de la naïveté d’un héros à « l’air cornichon ».

594 pages


OEUVRES PŒTIQUES, Vol 2 - André CHÉNIER
OEUVRES PŒTIQUES, Vol 2 - André CHÉNIER

BUCOLIQUES ÉPÎTRES ET POÉTIQUE L’INVENTION
Édition critique par Georges Buisson

Ce deuxième volume participe à la reconstitution des œuvres poétiques d'André Chénier restées inachevées, accompagnées d'une étude des textes et de ses influences antiques et modernes.

Cinq ans après la publication profondément remaniée des Élégies et de L’Art d’aimer, voici le deuxième volume,
contenant les Bucoliques, les Épîtres et L’Invention. La majeure partie de la production du poète est maintenant lisible dans sa pleine intégrité.
C’est après avoir soumis toutes les données accessibles à une minutieuse enquête que Georges Buisson a établi le texte – dans tous ses états – selon les règles suivies pour l’édition rigoureusement scientifique du tome I. Un appareil critique considérable justifie et éclaire cette édition renouvelée ; il offre, outre le repérage des influences antiques et modernes, une riche étude du texte.
Deux siècles après la mort du poète, Georges Buisson réussit la gageure de restituer son oeuvre poétique dans le meilleur état qu’elle ait jamais connu.

Ouvrage publié avec le concours du Centre National du Livre.

568 pages   


PIERRE QUI ROULE - George SAND
PIERRE QUI ROULE - George SAND

Pierre qui roule et Le Beau Laurence

Un comédien se confie à un étranger et lui fait le récit des aventures d'une troupe de théâtre avec laquelle il a traversé les provinces françaises.

338 pages 


UN JEU DE LETTRES - Voltaire
UN JEU DE LETTRES - Voltaire

Soixante-dix-huit lettres pour la plupart inédites, adressées à Voltaire ou envoyées par lui, issues du fonds de l'Institut et Musée Voltaire de Genève. Au-delà de sa variété, par la diversité des sujets abordés et leur polyphonie, ce corpus permet d'éclairer quelques aspects de la fabrique de l'oeuvre.

Un jeu de lettres : jeux et enjeux

 Principes d’édition

 1. Voltaire à Jahan 3 décembre [1723]

 2. Desfontaines à Voltaire, [?] 31 mai [1725]

 3. Voltaire à [Feuillet ?] [Cirey, 1738 ?]

 4. L’abbé d’Olivet à Voltaire Paris, 8 février [1739]

 5. Voltaire à James Jurin [Bruxelles, mai-juin 1741 (1)]

 6. Destouches à Voltaire Fortoiseau, 15 novembre 1744

 7. Voltaire à Feydeau de Marville [Paris], 19 mai 1746

 8. Voltaire à Feydeau de Marville [Paris, 16 décembre 1746]

 9. La Condamine à Voltaire Paris, 5 janvier 1752

 10. Voltaire à La Condamine Potsdam, 3 avril 1752

 11. Voltaire au père Menoux Colmar, 16 mars 1754

 12. Voltaire au père Menoux Colmar, 3 avril 1754

 13. Voltaire au père Menoux Colmar, 12 avril 1754

 14. Voltaire à Michel Lambert Lyon, 23 novembre [1754]

 15. Voltaire à Gauffecourt Genève, 12 décembre 1754

 16. Voltaire et Mme  Denis à Gauffecourt Prangins, 28-29 décembre [1754]

 17. Voltaire à Gauffecourt Délices, 8 mars [1755]

 18. Voltaire et Mme  Denis à Sébastien Dupont Délices, 6 juin [1755]

 19. Voltaire à [Mme  du Bocage] aux Délices, 27 août [1755]

20. Voltaire à Élie Bertrand [Montriond], [20 janvier 1756 ?] 1

 21. Voltaire à Gauffecourt Montriond, 25 janvier 1756

 22. Voltaire à Gauffecourt [Montriond, vers le 25 février 1756]

23. Voltaire à Élie Bertrand Montriond, 1er mars 1756

24. Voltaire à Sébastien Dupont Aux Délices, 10 mars 1756

 25. Voltaire à Gauffecourt [Montriond], 15 mars [1756]

 26. Voltaire à Albrecht von Haller Montriond, 16 mars [1756]

 27. Voltaire à Gabriel Cramer [mars/avril 1756]

 28. Voltaire à D’Alembert Les Délices, 15 décembre [1756]

 29. Voltaire à Jacob Vernes Lausanne, 4 septembre [1757]

 30. Voltaire à Saint-Hippolyte [?] Délices, 12 avril [1758]

 31. Voltaire à Vasserot de Châteauvieux [Délices, septembre 1758 ?]

 32. Le marquis de Pezay à Voltaire Pezay, 1759

 33. Voltaire à Le Mierre Les Délices, 26 octobre 1760

 34. Le Brun à Voltaire Paris, 12 novembre 1760

 35. Voltaire à Jean-Baptiste Sénac Les Délices, 6 décembre [1760].

36. Voltaire à [François de Chennevières] [Aux Délices], 6 décembre [1760]

 37. Voltaire à Vasserot de Châteauvieux [Ferney, 4 janvier 1761]

 38. L’abbé d’Olivet à Voltaire Paris, 3 mai [1761]

 39. L’abbé d’Olivet à Voltaire Paris, 23 juin [1761]

 40. L’abbé d’Olivet à Voltaire Paris, 3 juillet [1761]

 41. Le duc de Nivernais à Voltaire Paris, 11 juillet 1761

 42. L’abbé d’Olivet à Voltaire Paris, 30 août [1761]

 43. L’abbé d’Olivet à Voltaire Paris, [septembre 1761]

 44. L’abbé d’Olivet à Voltaire Paris, 27 septembre [1761]

 45. L’abbé d’Olivet à Voltaire Paris, 18 octobre [1761]

 46. L’abbé d’Olivet à Voltaire Paris, 29 décembre [1761]

 47. Voltaire à [Mme  du Bocage] Aux Délices, 24 mai 1762

 48. Damilaville à Voltaire Paris, 29 juin-3 juillet 1762

 49. Condillac à Voltaire [Parme], 18 décembre [1762]

 50. Voltaire à Vasserot de Châteauvieux et à Jean-Louis Delorme

Ferney, 9 février 1765

 51. Damilaville à Voltaire [Paris], 29 avril 1765

 52. L’abbé Coyer à Voltaire Londres, 14 juin 1765

 53. Voltaire à Jean-Pierre d’Açarq Genève, 12 juillet 1765

 54. Voltaire à Jean-Pierre d’Açarq Genève, 31 août 1765

 55. L’abbé d’Olivet à Voltaire Paris, [novembre décembre 1766]

56. Dorat à Voltaire [Paris ?], 14 janvier 1767

 57. Voltaire à Dorat Ferney, 4 mars 1767

 58. L’abbé d’Olivet à Voltaire Ferney, 12 août [1767]

446 pages


ŒUVRES PŒTIQUES, Vol. 1 - André CHÉNIER
ŒUVRES PŒTIQUES, Vol. 1 - André CHÉNIER

IMITATIONS ET PRÉLUDES ART D’AIMER ÉLÉGIES

ÉDITION CRITIQUE par Georges Buisson

L’Œuvre de Chénier n’a été divulguée que longtemps après la mort du poète. Les manuscrits ont connu un destin tourmenté : partages, refus de communication, incendie partiel en 1871… C’est sur un texte demeuré inachevé, fragmentaire, que les éditeurs successifs se sont penchés : aucun n’est parvenu à un résultat satisfaisant. Fallait-il renoncer à disposer d’une édition qui rende justice au « fier André » ?
La voici, complète et fidèle. MM. Buisson et Guitton ont réalisé la réorganisation que les connaisseurs savaient nécessaire. Spécialistes de la poésie du XVIIIe siècle, ils ont enquêté, scruté toutes les sources, chaque fragment a été daté ; puis ils ont procédé au remembrement des textes selon des critères chronologiques, structurels et esthétiques. Pour les besoins de ce chantier complexe, ils ont forgé leurs méthodes et leurs outils – dont une chronologie entièrement neuve – selon les principes exposés dans les « Remarques sur cette édition ». On a veillé à ce que les vers du poète occupent seuls la page : l’amateur pourra les écouter en toute liberté, a capella.

Édition la plus fidèle possible des manuscrits d'André Chénier qui ont connu un destin mouvementé : partages, refus de communication, incendie... Deux spécialistes de la poésie du XVIIIe siècle ont procédé à une enquête approfondie avant d'assurer le remembrement des textes.

Retenu comme édition de référence par le jury de l'agrégation de Lettres.

Ouvrage publié avec le concours du Centre National du Livre

542 pages